La permanence de la mémoire

 J’ai écrit un livre "Jeunesses volées" qui a été édité en octobre 2010. Ce livre est un livre de mémoire. Il trace à la fois l’histoire de ma famille qui a connu le désastre de la Shoah, et celle de ma vie de jeune homme qui a accompagné sa première épouse dans la maladie puis la mort. Je trouvais important d’expliquer les conditions de ce travail de mémoire. Je ne sais pas pourquoi l’on écrit un livre comme celui-ci, je ne sais pas précisément ce qui décide en nous que c’est le moment de le faire, mais je sais qu’il a été important après cette écriture que je me pose ces questions et essaye d’analyser la vraie raison de ce travail. 

(La suite dans la rubrique "Pourquoi ce livre") 

  • Biographie

    Rémy Elkoubi est né en 1958 de Aurora Benni, fille d'émigrés italiens ayant fuit l'Italie fasciste, et de Charles Elkoubi arrivé de Tlemcen, à Marseille en 1936. Peu après leur installation dans la cité phocéenne, ses grands-parents, Rachel et Ichoua, furent déportés et gazés à Auschwitz. Son onde Alfred, sa tante Marie et sa tante Esther ont également été déportés en mai 1944 et sont des rescapés de cet enfer. Ses origines sont marquées par ce destin familial. Après avoir mené une carrière professionnelle dans le commerce et l'industrie, c'est désormais la voie de l'écriture qui remplit son quotidien.

  • Synopsis

    Roman autobiographique, jeunesses volées (Auschwitz 1944-Marseille 1984) relie la grande Histoire, celle qui a marqué le XXe siècle du sceau de l'horreur, à l'histoire personnelle d'où s'écoule une rare intensité des sentiments. Ainsi se répondent la vie et la mort de Léa, atteinte d'un cancer et que l'on suit au travers de son calvaire, et celle de plusieurs témoins de la Shoa, parents de l'auteur. Il s'agit de deux luttes pour la vie et d'espoir toujours renouvelé malgré la noirceur d'un futur qui se resserre de plus en plus pour chacun d'entre eux. Un hymne à la vie et à l'amour, malgré tout. Sortir indemne de ce roman s'avère extrêmement difficile, sinon impossible, tant l'auteur possède cette capacité rare à mener son lecteur par le bout du coeur et à retranscrire la qualité des nombreux sentiments humains. On pleure beaucoup, on rit souvent. Un vrai beau premier roman !