1. janv., 2013

Bonne année !

J’ai survécu.

Je voulais être sur.

Ainsi le 21 décembre, l’humanité n’a pas totalement disparue.

On avait finalement beaucoup exagéré le message des Mayas. Aussi, comment avons-nous pu faire tellement confiance à des types qui portaient le nom d’une abeille ridicule ?Cool

Tout de même, j’ai voulu laisser passer Noël et le jour de l’an pour être vraiment rassuré avant de faire le malin.

Mais là, tout semble normal.

Le monde continue à tourner sans astéroïde à l’horizon, ni changement majeur, l’avidité reste aux commandes, l’égoïsme règne toujours en maître… Ouf, tout va bien.

Imaginez, au matin du 22 un cataclysme où tout un monde aurait déambulé dans la rue déguisé en hippies, Bernard Arnault et Georges Sorros, distribuant leurs fortunes aux passants en faisant des bisous à tous les gens dégoulinant d’amour !

Quelle horreur !Sauvage

Pour un peu on se serait cru main dans la patte avec Pluto sur Main Street !

 

Non, non ! J’ouvre les yeux pour arrêter de me faire peur, ce n’était qu’un cauchemar ! Rien n’a changé, et le monde merveilleux continue d’exister seulement dans les comédies de Capra. (En plus si ce monde là existait vraiment, on serait obligé de visionner en boucle massacre à la tronçonneuse pour rêver, ce qui serait dommage car c’est vraiment mauvais comme film).

 

Allez, c’est le premier de l’an, mettons la pensée négative au rencart, et cessons de râler ! Moi le premier du reste. 

(Un peu d’autocritique pour commencer l’année ne peut nuire.)

 

Surtout que je rentre à peine du pays de la joie, alors pensez comme je suis content. Un petit tour en Italie et je repars comme en quarante. (Enfin, en quarante-cinq plutôt, parce que 40 c’était pas vraiment la joie)

 

Alors réjouissons nous pour cette promesse nommée 2013 ! Personnellement je n’ai pas trop aimé 2012, alors celle-ci, la petite nouvelle, ne peut être que meilleure. C’est ce que l’on se dit chaque année n’est-ce pas ?

Ainsi c’est tout le mal que je vous souhaite à vous tous fidèles lecteurs adorés, et que le meilleur de 2012 soit le pire de 2013 ! Grand sourire

 

Et comme disait mon cher ami  John Fitzgerald Kennedy : 

« Il ne faut pas chercher à rajouter des années à sa vie mais plutôt essayer de rajouter de la vie à ses années ». 

 

A la vie, toujours la vie, rien que la vie ! Cour