20. déc., 2012

Adieu donc..

Il me faut vous dire adieu puisque demain c’est la fin du monde.

Malheureusement certain d’entre vous ne pourront pas me lire coincés à Bugarach sans accès internet.

Tant pis pour eux, alors pour les autres, merci pour tout, et bon voyage !

Bon ça c’est fait.

 

Maintenant pour toi ami humain de la renaissance qui trouvera enfoui sous terre dans, disons, deux millions d’années, un ordinateur fossilisé ouvert sur cette page, tu sauras que dans un temps lointain, l’humanité était éclairée grâce à mon blog. Ce ne sont pas mes lecteurs qui me contrediront puisqu’ils sont tous morts le 21 décembre 2012.

Je te laisse le soin de bâtir une légende autour de ma personne et te conseille même de te faire passer pour moi en évoquant ma résurrection.

J’ai deux ou trois trucs à te dire en privé qui pourront t’aider que tu trouveras dans le dossier « Evangiles de Rémy » sur le Finder.

Tu verras, c’est facile, car j’imagine que la prochaine espèce sera aussi con que les précédentes et adorera les mouvements de foule qui permettent l’exercice de la pensée unique et l’adoration des idoles. Pour te donner un exemple (parmi tant d'autres), figures toi que de mon temps, on adorait particulièrement des types aux Q.I plus faibles que la moyenne, qui poussaient juste adroitement un ballon dans un champ avec les pieds. Je sais, c’est difficile à croire, mais des millions d’individus, et pas tous idiots, les adoraient ces gars là, et acceptaient que ces habiles du pieds gagnent des fortunes. Imagines qu'un de ces spécimens humains pouvait être récompensé bien  plus qu’un autre humain qui avait voué son existence à sauver les souffrants. A mon époque ces autres spécimens s’appelaient des docteurs, ceux qui opéraient, des chirurgiens et la maladie la plus pénible, le cancer. Et bien figures toi ami du futur, qu’un chirurgien qui opérait parfois 18 heures par jour était 10 000 fois moins payé qu’un pousseur de balle au pied, et que personne ne l’arrêtait dans la rue pour le remercier ou lui faire signer des autographes, comme on le demandait aux pieds habiles.

Bref, comme ça serait trop long en hieroglyphes de te parler de tout, je t’ai fait un enregistrement que tu trouveras dans cet ordinateur qui a survécu au grand cataclysme puisque tu me lis, en le visionnant tu gagneras beaucoup de temps.

Remercies moi en écrivant un livre sur moi de 2430 pages diffusé dans toutes les langues et profite bien !