3. sept., 2012

Ah l'amour, l'amour...

L’amour, l’amour..

Je t’aime, tu m’aimes, hein tu m’aimes ?

Mais oui je t’aime.

C’est drôle ce mot. Aime. Un mot qui désigne la chose la plus importante du monde, enfin, ce qui vaut à la vie souvent d’être vécue, en dépit de ses difficultés, de la souffrance, de cette plaisanterie qui nous fait goûter à elle justement, sentir, voir respirer, écouter, pour les plus chanceux, et qui s’en va comme elle est venue, sans nous demander notre avis.

Un mot, le même, qui désigne aussi notre addiction à la soupe ou au saucisson. J’aime la soupe. J’aime mon aimée. Il fallait le faire ! Le même mot pour la soupe que pour cet autre nous mêmes que nous chérissons ou cette vie que nous célébrons. J’aime.

Tu parles qu’après il y ait des confusions sur les sentiments.

Au moins en Italien, ils sont plus finauds, pour je t'aime on dit « ti voglio bene » Je te veux du bien. C’est mieux non ? En anglais aussi les mots sont différents entre ce qui désigne les choses et celui qui parle de La Chose.

Quel sujet que l’amour n’est ce pas ?

Il a toujours été au centre de ma vie.

Aimer et y penser.

Tenter de comprendre cette chose que l’on a tant de mal à définir. Il est plus facile d’ailleurs de dire ce qui n’en est pas, que ce qui en est, tellement il existe de définitions et de façons d’aimer différentes. J’aime particulièrement celle de Monsieur de la Rochefoucauld, qui nous disait, « aimer, c’est connaître ». 

Que l’on pourrait presque traduire (l’idée n’est pas de moi, mais je ne me souviens plus de qui) par co-naître. Naître ensemble.

Oui, aimer c’est naître ensemble n’est-ce pas ?

J’aurais presque envie de rajouter, naître ensemble au nouveau.

A cette nouvelle vie qui commence, et ce nouvel être que j’ai choisi et qui va changer constamment au fil du temps. Naître ensemble, en acceptant cet être en devenir, donc en acceptant que rien n’est jamais acquis et encore moins l’amour, et en acceptant que cet autre, l’aimé(e), va changer, comme nous allons changer et renaître chaque jour différemment. On est loin de tous ces couples qui s’interchangent, parce que, l’ennui, la routine, ou je ne sais quoi, a éteint jour après jour, ce qu’ils croyaient éternels et sans entretien.

Aimer c’est comme la vie finalement, c’est un art.

Et dans l’art il n’y a pas que la magie, le sublime, l’incompréhensible expression de l’être, il y a aussi le côté artisan, qui se remet tous les jours à l’ouvrage, les mains dans la glaise qui forment et qui cherchent, qui se trompent, qui recommencent...

Oui c’est bien mon avis, aimer c’est connaître..