23. août, 2012

vive la montagne..

Dis donc l’autre jour on est allé déjeuner au refuge. Enfin, refuge, façon de dire. Ici c’est parasol assorti, et menu standardisés. Oui, parce que pour ne pas dépayser le touriste, tous les restos d'altitude ont le même menu, si–si, je vous jure. Salade de tomates ou salade verte, omelettes et trucs divers au fromage (Pela, fondue, rissoles et compagnie) pour tout le monde.

En plus, l’avantage de ces cantines de proximité c’est que tu es sur de rencontrer quelqu’un que tu connais, alors tu te plies à la cérémonie des « tu-vas-bien », c’est rigolo, c’est comme aux mariages, mais en chaussures de marche qui servent à rien, vu que t’as fait deux kilomètres maxi sur un chemin carrossé pour arriver au refuge, encore quand t’es pas monté en voiture. Sur le chemin tu t’es avalé deux tonnes de poussières ramassés par les 4X4 des sportifs qui montent en rallye. T'aurais bien marché sur l’herbe mais tu ne pouvais pas, c’est interdit ici l’herbe, c’est réservé aux vaches et la Milka n’est pas partageuse.

Après cette rude randonnée, tu retournes au chalet pour la sieste, et en fin de journée tu te prépares pour la cérémonie obligatoire de l’apéritif montagnard. Toi t’es con, tu t’habilles normal, jean-tee-shirt, parce que tu croyais que t’étais à la montagne, et que t’allais boire un génépi menthe, mais non.

En fait, tout le monde s’habille comme à Saint Trop (voyez le genre pas voyant), et t’arrives dans un bar où la musique est au même volume qu’en boite de nuit, avec des types maquillés et déguisés façon Drag Queens, en échasses, qui dansent entre les tables avec des parapluies pour faire genre. Rajoutons au tableau un type qui tape comme un sourd sur des djembés, des fois qu’il y ait pas assez de bruit, au milieu d’un monde fou qui sirote un morito montagnard (c’est comme en ville mais on remplace la menthe par du sapin) ou du champagne dans des bols avec de la glace du Mont Blanc, le tout qui dodelinent de la tête l’air ravi au rythme du boum-boum assourdissant, comme des petits chiens sur la plage arrière des voitures.

 

Boum-boum-boum, c’est quand qu’on va à la montagne…?

(pour voir la preuve en vidéo cliquez sur "mon blog" afin d'avoir la page entière)