5. nov., 2013

J'aime pas la soupe

Hier soir, je parlais d’amour avec un ami que la vie a durement touché physiquement et qui m’évoquait sa rupture amoureuse récente.

"Que pouvais-je lui offrir d’autre, me disait-il, que mes journées scandées par ma rééducation, et un quotidien fait de mes difficultés ?"

Je l’écoutais consterné.

Rien ne change, nous sommes toujours dans l’échange.

 

Même ici, en ce lieu de l’abandon, ce Saint des Saints où les jeux de rôles devraient s’éteindre pour se donner à l’aimé en confiance, encore plus peut-être lorsque nous serions fragiles ou démunis, nous nous présenterions encore à Lui comme une marchandise ?

Les mots d’Albert Cohen dans Belle du Seigneur résonnent encore et toujours en moi.

« Oui, Madame, trente-cinq centimètres de viande en moins et elle se fiche de mon âme et elle ne se mettra jamais devant ma poitrine pour me protéger des balles d’un gangster. Idem, si étant le génie susdit, je suis démuni de petit os dans la bouche ! Ces dames éprises de spiritualité tiennent aux petits os ! Elles raffolent de réalités invisibles, mais les petits bouts d’os, elles les exigent visibles ! S’écria t-il joyeusement, une tristesse dans les yeux. » 

 

 Ainsi, serait-cela que vous nommeriez Amour ?

Un sentiment qui s’éteindrait pour quelques petits bout d’os dans la bouche en moins, ou des jambes devenues immobiles ? Ou bien encore parce que nous n’aurions rien à raconter d'une journée dénuée de ce fameux slogan moderne « un pour tous, tous pour faire » ?

C’est attristant non ? Mais, je vous entends, vous pensez que la vie de couple, cela ne marche pas de toutes façons, c’est trop dur.  Ah oui bien sur, c’est parce que l’amour ça va, ça vient, suis-je bête. C’est comme ça, tout passe, tout lasse..

Alors l’amour pour ses enfants aussi ? Ah mais c’est pas pareil vous indignez vous, puisque désir en moins. Evidemment. Et l’amour de son animal domestique alors ? ( On ne voudrait tout de même pas.. ho !)  Son jardin ? Son métier ? La nature ? ( Ca va, ça vient aussi .. ?)

Il est vrai que ce n’est pas facile d’être au clair avec une langue ou le même mot décrit son appétit pour la soupe et en même temps l’élan vers le transcendant ou l'être cher.

Tiens vous voyez ! Cher ! Cher ! Ainsi il a un prix le truc, Vous voyez bien qu'il s’échange ! Il est marchand.. ! 

Heu. Non.. Cher à mon cœur, cher comme chéri, mon chéri, ma chérie, amour, aimé, mon aimée, comme je t’aime, et comme c’est bien de t’aimer, je t’aime comme j’aime la vie,  simplement, sans bruit ni fureur, sans attentes autres que celle-là ici et maintenant. Et quelle meilleure preuve d’amour pourrais-je t’offrir que celle de me donner ? En confiance, juste comme je suis, puisque tu m’aimes aussi ainsi, et même si ma journée est terne, même si je n’ai rien à te raconter d’elle, j’ai tellement plus à te dire de moi comme toi de toi. Que pourrions nous nous offrir de plus précieux l’un à l’autre?

Non décidemment non, l’amour ne peut pas s’échanger, sinon il aurait une valeur et il n’en a aucune puisqu’il ne se compte pas.

Alors, s’il vous plait, arrêtez de le prendre pour ce qu’il n’est pas ce laborieux qui demande à être cultivé jours après jours pour qu’il ne s’échappe pas lui qu’on ne peut retenir, car que serait le sens de la vie sinon ?

Surtout qu’en plus, je n’aime pas la soupe alors..